Bibliographie :

Pouessel S 2010 « les identités amazighes au Maroc », Paris ,
reforme de la constitution marocaine ,pour une monarchie parlementaire collectif démocratie et modernité.

Introduction historique Daniel J. Schroeter.

Michel Abitbol , Paris : Édition Stavit, 1997 pp 169-187

traité pour l’organisation du protectorat français dans l »empire chérifien (Fez, 30 mars 1912)

La guerre chimique contre le Rif ,Rachid Raha ,Mimmoun Charqui, Ahmed El Hamdaoui Collection Histoire & anthropologie Éditions Amazighe.

Ibn Khaldoun ; Kitab al Ibar et l’histoire des berbères.

AMREC ,Tamaynout association de l’université d’été ,association Tilleli association culturelle du
Souss.

Tifawin à Tamazigh 2004 élaboré par l’IRCAM en collaboration avec le ministère de l’éducation nationale.

Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale

CERD/C/Add.1 10 juin 2002.

Les enjeux de l’amaziguité au Maroc Fadma Aït Mous Harmattan « confluences méditerranée »

2011/3 N°78 pages 121 à 131.

Charte des revendications amazighes à propos de la révision du texte constitutionnel traduit par Abdellatif Aghnouche.

Culture méditerranéenne fragmentée:revendication amazighe entre local(ité) et transnational(ité)

S.Pouessel http://halsh.archives-ouvertes.fr/halshs-00639179 submitted 8 nov 2011.

Maroc et le printemps arabe dans un monde en plein changement Bernabé Lopèz Garda ,IEMed,

EuroMeSCo.

Aux origines de la politisation de l’action culturelle Amazighe au Maroc El Khatir Aboulkacem

,IRCAM asinag 8 ,2013, p59-76.

Identité berbère est-elle transnationale ? Celline Bigi institut d’études politiques université de

droit;d’économie et des sciences sociales d’Aix-Marseille.

Rapport alternatif de l’observatoire amazigh des droits et libertés Rabat 21 nov 2011.

Question amazighe au Maroc Rapport alternatif de Tamazgha au comité pour l’élimination de la

Discrimination Raciale(CERD) Genève 3-21 mars 2003 TAMAZGHA(organisation non

Gouvernementale de défense des droits des Imazeghens (berbères).

Déclaration de principes au sujet du Sahara occidental Madrid 14 nov 1975.

Mouvement pour l’autonomie du RIF bureau politique.

Déclaration Taynzert pour l’autonomie du grand Souss.

Place de la langue tamazight dans les attitudes et représentations linguistiques des apprenants du

cycle moyen(cas de la wilaya de Tizi-Ouzou) Aït Mimoun Ourida mémoire de magistère

université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou.

État algérien et la question amazighe Rapport alternatif de Tamazgha au comité pour l’élimination de la discrimination raciale Genève 11 février au 1er mars 2013 Nation Unies.

Rapport alternatif de l’AMA aux nations unies ,au conseil économique et social ,à propos du:Pacte

international relatif aux droits Économiques,Sociaux et Culturels ; AMA est une ONG de défense

des droits du peuple amazighe ,assemblée mondiale amazighe le Maroc et les droits des amazighes.

Le piège de la guerre hybride Elie Tenenbaum Oct 2015 , focus stratégique n°63 ifri.

Inégalité ,soulèvements et conflits dans le monde arabe par Elena Ianchovichina ,Lili Mottaghi et

Shantayaman Devara Jan.

Plate-forme de revendications dite d’ El-Kseur 11 juin 2001 par wilayas Sétif,Bordg Bou

Arréridj,Bouira,Boumerdès,…

Prise de responsabilité politique des jeunes Flavie Boukhenoufa septembre 2015 master2 université
Rennes1.

Hélène Claudot-Hawad,ed.,berbères ou arabes ? Pierre Bonte p 225-228.

État marocain et la question amazighe 77ème session du CERD Genève 2au27 août2010.

Le collège d’ Azrou .la formation d’une élite civile et militaire au Maroc par Jacques Frémeaux;Outremers,tome 92,n°348-349,2e semestre 2005pp.301-302.

Les États du Maghreb face aux revendications berbères par Aït Kaki , politique étrangère ,n°1-2003 ,pp.103-118.

Manifeste berbère 1er mars 2000 Rabat Maohamed Chafik.

Conférence organisée par Tamazgha 28 juin 2003 Paris Abdellah Bounfour.

Charte d’ Agadir relative aux droits linguistiques et culturels ,Agadir ,05/08/91.

Le choix de la graphie tifinaghe pour enseigner apprendre l’amazighe au Maroc:conditions

,représentations et pratiques par Bouchra El Barkani université Jean Monnet Saint Etienne.

Amazighité du culturel au politique ,mémoire.

Dahir berbère 16 mai 1930.

France et Abdelkrim:de l’apaisement politique à l’action militaire (1920-1926) par Mbark Wanaïm

,cahiers de la méditerranée 85(2012).

Élaboration du dahir berbère du 16 mai 1930 par joseph Luccioni, revue de l’occident musulman et

de la méditerranée , n°38 ,1984 pp.75-81.

Question berbère dans le Maghreb contemporain:éléments de compréhension et de prospective par

Salem Chaker 2003.

Question berbère dans l’Algérie indépendante:la fracture inévitable ? Salem Chaker Revue du monde musulman et de la Méditerranée ,n°65 ,1992 ,l’Algérie incertaine pp.97-105.

Recherche et nouvelles sur l’État par joseph Maïla études internationales ,vol 21 ,n°1, 1990 p.165-
169.

Géopolitique des minorités par Couteaux Paul-Marie politique étrangère ,1984 volume !! n°3 p.697-698.

Religion des berbères par rené basset revue de l’histoire des religions paris ernest leroux 1910.

Comment reconnaître le juif p.64 ,les nouvelles éditions françaises paris dr George Montandon professeur à l’école d’anthropologie.

Psychologie des foules éditions Felix Alcan 9ème édition 1905 pp.192 Gustave le bon 1895

la civilisation arabe Gustave le bon 1884.

Théorie politique du conflit par Mariam Eabrasu 2007 université paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Processus de détermination d’une entité comme partie prenante par Jordan Mbani https ;//tel.archives-ouvertes.fr/tel-à1153198 2015.

Race et culture.les sciences sociales face au racisme par Mickaël vaillant 2006 institut politique de paris programme doctoral;pensée politique.

Déclaration du mouvement pour l’autonomie du Souss : http://fr.calameo.com/read/000855792c89a331f441b

Projet pour l’autonomie de la Kabylie: http://fr.calameo.com/read/000855792e2a2470fd08f

Déclaration de l’autonomie du grand Rif au Maroc: http://fr.calameo.com/read/00085579263ea31540978

Mouvement pour l’autonomie du Rif : http://fr.calameo.com/read/000855792a86f263f474d

Lettre d’Abdelkrim Al Khatabi à la ligue des nations 1922

http://www.youscribe.com/Search?quick_search=lettre+abdelkrim+al+khatabi

L’idée de nation par Hervé Beaudin ,université paris-Sorbonne,2012.

Les métamorphoses de la souveraineté par Pauline ,université d’Angers 2011.

Ni paix ni guerre ,philosophie de la désobéissance civile et politique de la non violence par Manuel Cervera-Marzal 2014 université libre de Bruxelles/université paris Diderot,Sorbonne .

Entre État de droit et droit de l’État , la difficile émergence de l’espace public au Maroc par thierry desrues , l’année du Maghreb 2005-2006 document accessible en ligne http://annemaghreb.revue.org /123.

L’État-nation ,une forme de fermeture sociale par Andreas Wimmer ,université de Zurich pp.163-179.

UNESCO sur les minorités juin 2005 Rabat ,engagement, ISESCO, ALECSO,organisation de la conférence islamique,le centre danois pour la culture et le développement euro-méditerranéenne.

L’institution judiciaire musulmane origines et évolutions par Serghini Ahmed 2007, université Strasbourg II.

Droits des minorités:normes internationales et indications pour leur mise en œuvre . Nations unies New York et Genève,2010 .

Droit européen des minorités et évolution des principes généraux du droit international par Ivan Boev, université Nancy 2, 2003.

Le problème des minorités dans l’Europe post-communiste par Stanislaw Pawlak , institut des relations internationales à Varsovie(Pologne).

La place de la langue arabe en France:l’exemple de la ville de Poitiers par Rabiha Sabhan Al-Baidhawe ,université Paris VIIIVincennes-Saint-Denis, 2007.

La recherche sociologique dans le monde arabe:approche thématique et évaluation méthodologique par Howaida Slaibi université Paul Verlaine Metz ,2009

les discriminations:une question des minorités visibles population et sociétés , n°466 Avril 2010.

il s’agit d’une base de compréhension je m’étalerais plus sur mon youtube.

Comme tout mouvement qui se respecte , l’autonomie ou la régionalisation a pour but l’indépendance . Et donc un État de peuple berbère ,ne peut voir le jour que s’il existe les ingrédients pour constituer un État ,souverain ou non est un autre débat. Dans tous les manuels de droit un État est d’abord un peuple ,une géographie dite territoire et enfin un gouvernement issu de ce peuple . Donc pour que les revendications de tout mouvement berbère au Maroc ou en Algérie là où il y a une densité forte ,il faut :

1- Une assise et politique et populaire au sens linguistique ,sociétal voire psychologique .

2-Abandonner toute constitutionnalité de la langue berbère au Maroc.

3-Assurer la survie du peuple berbère ,les plus pauvres et les plus démunis.

4-Arrêter l’immigration vers les grandes villes.

5-Création de l’espace purement berbère .

6-Création d’une justice berbère pour vos délinquants (d’ordre psychologique) et rendre justice aux arabes qui avaient subit toutes sortes de souffrance de la part des berbères (propagandes,les commerçants…).

7-Organiser un referendum régional pour donner une statistique du nombre d’habitants et de votants en age de vote(17ans) .

8-Montrer vos ressources financières ou richesse humaine en leur capacité à s’occuper juste de leur État ,dans le respect des voisins arabes.

9-Vos relations avec le monde et vos perspectives.

10-définir votre religion et votre comportement pour vos relations avec le monde extérieur et surtout avec vos voisins arabes.

11-le retour de votre diaspora au « bled » et évacuation de tous les commerçants qui se trouvent sur le territoire marocain arabe.

À partir de là vous pouvez accéder à une indépendance et choisir votre mode de vie , même raisonnement si le mouvement se limite à une simple autonomie ,une régionalisation.

La question berbère au Maroc ou dans toute l’Afrique du Nord est un point de litige politique pour tous les États concernés et en particulier le Maroc et l’Algérie. Deux courants qui se dégagent la globalisation ou le ponctuation du mouvement amazighe; l’unité des dialectes(une seule grammaire) et l’espoir d’un pan-berbère ,ou alors,chaque région à sa propre dialecte et donc une autonomie d’une région par exemple l’autonomie du Rif sans inclure les autres régions berbères. Il me semble les deux courants ont droit d’exister dans une certaine limite et sous conditions. J’y reviendrais sur les conditions nécessaires et suffisantes.

Nous essayons de traiter les deux courants séparément et individuellement selon le rythme de l’analyse.

Le cas du pan-berbère est une dimension dont son terme à l’ordre n est l’indépendance et la création d’un État à coté des États existants. Et donc un retour à mile ans auparavant de l’époque préislamique (Oukba Ibn Nafie,…) et à l’époque de Koussaila et Kahina car c’est à partir de ce moment la discorde entre arabe et berbère a commencé et dans les esprits des décideurs politiques de l’époque et dans les actes à repousser l’envahisseur arabe et sa religion musulmane . Alors pour une clarification historique le nombre des berbères de l’époque et de leur géographie ou leur lieu d’habitation n’étaient pas significatif ,du moment qu’il n’ y avait ni tracé de frontière ni unité de langue et encore moins une représentation d’un peuple puisque l’Islam avait été accepté par tout un peuple berbère et justement pas par leurs décideurs politiques comme chefs de tribus comme quoi ces décideur politiques ne représentaient pas l’ensemble du peuple berbère et un autre point me semble-t-il important l’Islam a été accepté de leur propre gré. Il ne faut pas non plus oublier que les berbères avaient déjà comme maître des juifs (syriens…) et ils avaient même enseigné le judaïsme dans leurs tribus et le refus de l’Islam émanait de ces maîtres et du judaïsme et de christianisme;un peuple berbère qui possédait déjà une désorientation religieuse car ils ne savaient plus à quel saint se fier. Et l’Islam dés ses débuts avait une dent contre les juifs non pas qu’ils avaient une religion mais parce qu’ils ont un comportement de domination de l’orgueil et pas seulement mais ces juifs avaient un pouvoir de nuisance qui relève de la psychiatrie et sont donc incompréhensible et de comportement et de leur philosophie de la vie et l’Islam est contre cet état d’esprit ,puisque l’Islam est «الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر  » ; pour anecdote c’était une juive qui avait l’intention d’empoisonner le prophète Mahomet et ce dernier avait beaucoup souffert de ce plat présentait par cette juive: s’elle avait un atome d’intelligence , elle serait que les idées ou la prophétie ne peut être empoisonner ou tuée ni ce prophète est isolé (il y a des milliards ,aujourd’hui) . j’ajoute au passage le christianisme n’avait pas pour les berbères une influence capitale, même avec deux papes d’origine berbères.

À l’époque le pan-berbère n’existait pas non plus puisqu’il n’ y avait pas d’unité linguistique abstraction faite ,l’État berbère n’existait pas et puis ils étaient repartis dans un grand espace de l’Égypte « siwa » jusqu’ à l’Océan(aux îles Canaries). Donc il n’ y avait pas de structure d’un État qui englobait tous les berbères . Mais ce qui était certain est que les juifs étaient pour beaucoup dans le refus de l’Islam et les massacres et les déplacements des berbères dans d’autres géographies et montagneuse et vers la mer l’Océan:les Souss. Donc se sont des idées noires des juifs qui avaient causées beaucoup de dégâts à ces pauvres berbères;il est évident que ce peuple avait le droit de refuser l’Islam mais il se trouve c’étaient ces berbères de base(la populace ou le peuple berbère sans leurs chefs politiques judaïsé jusqu’à la moelle)qui avaient accepté l’Islam. Ce caractère prédomine l’état d’esprit des berbères et du Maroc et de l’Algérie à Tizi Ouzou.

Donc le pan-berbère est une chimère que des élites berbères tiennent tant,aujourd’hui, pour dégager un consensus politique qui donnerait naissance à un pseudo-État berbère . J’y reviendrais.

Alors que le cas d’une régionalisation ,le Rif est un exemple mais avec Abdelkrim Al Khatabi ,l’idée était tentante au départ et ensuite il avait la suite dans les idée avait passé vers une généralité mais pas un pan-berbère;seulement les autres tribus berbères marocains qui voulaient et s’identifiaient à la lutte politique d’Abdelkrim Al Khatabi ; jusqu’à 1926 c’était une république du Rif ni plus ni moins, une gérance berbère et qu’il avait exercé tout en luttant militairement et contre les espagnoles et les français. Donc une langue tarifit et un territoire tout le nord du Maroc et un gouvernement avec ses différents ministres sous présidence d’un seul homme Abdel Krim Alkhatabi(et qui ne cherchait pas à s’accrocher au pouvoir ,son idée était purement républicaine avec des élections présidentielles) donc ce dernier réclamait haut et fort un État car en tant que juriste savait les ingrédients pour constituer un État .

Le deuxième cas s’achemine tôt ou tard vers le premier cas(du particularisme vers une globalisation du mouvement ;un pan berbère). Et puis il faut signaler que les berbères tiennent beaucoup plus à leur indépendance et à la survie de la communauté berbère et en particulier de la langue berbère car de cette langue découle leur façon de pensée ,leur comportement …qui s’approche plus d’un judaïsme que d’un Islam ,ceci dit , le temps fait le reste et le changement s’opère progressivement vers un Islam ou vers un athéisme déclaré. En tout cas , pour l’instant c’est l’athéisme qui prime dans le comportement des berbères marocains et algériens et pour cela il suffit de discuter ou en faisant un micro trottoir sur ce qui leurs semblent plus réaliste et plus futuriste ,plus opportun plus vivable… l’Islam est vite relégué en deuxième position avec un zeste de judaïsme qui leur reste coller à la peau. Ils ne croient ni au saints marocains ni d’une morale noble à se comporter avec les arabes ni pour les mosquées et les monuments de l’Islam ni pour un comportement de démocratie avec les autres communautés et arabe en particulier …pour eux c’est la jungle ,même état d’esprit d’un juif et donc dans ce cas de figure ,il leur faut plus qu’une autonomie mais une indépendance ,l’ennui que les berbères ne peuvent pas vivre entre-eux ,ils ont besoin d’un milieu ambiant et qui n’est rien d’autre que la communauté arabe. Il existe donc une distanciation entre le souhait de leurs élites et la raison d’être de tout un peuple berbère. J’ajoute que le peuple berbère a l’oreille tendue vers leurs élites ; le peuple berbère suit les conseils de leurs intellectuels(ou pseudo;politique économique ,religieux…) même s’ils se font avoir par leurs élites . Maintenant ,la question qui s’impose existe-t-il un contre poids parmi eux qui peut contrer leurs élites ? Car si déluge est , la communauté berbère est sans abri;la pénétration de Islam en est l’exemple,comme quoi il existe une conscience de tout un peuple qui se diffère de leurs élites dans leurs décisions de survie ,d’existence et donc leurs élites n’est rien d’autres des « s’en-fout» qui reste esclave du judaïsme d’un autre temps. Il n’est pas étonnant que des juifs ont un sentiment d’être respectés(qui veut dire la communauté berbère est un simple pion) par les berbères et préfèrent cette communauté à la communauté arabe. Car d’un autre côté ,les juifs voient une trace de leur race ,très lointaine certes ,mais existe encore aujourd’hui et qui se traduit dans le comportement de l’un est le même ,à quelque degré prés, de l’autre;donc juifs et berbères s’entendent sur beaucoup de choses et cette entente n’existe pratiquement pas avec les arabes car sont deux mouvements opposés.

Maintenant ,on peut concevoir un Islam chez un peuple non arabe qui ne voulait pas de cette langue arabe. Tout en sachant ,pour comprendre l’Islam il faut apprendre la langue arabe sinon le peuple trouverait des lacunes et seul les élites de ce peuple peuvent leur faire comprendre, je pense à l’Iran,à l’Indonésie… par exemple à la différence des berbères leurs élites s’attachent énormément à l’Islam et ne dérivent pas leur peuple à la différence des berbères ,d’où le caractère juif chez les berbères qui prime à refuser l’Islam. Je n’extrapole pas .

Ceci étant ,on va essayer d’étudier les mouvements berbères ,une bibliographie sur quoi ce travail a été fondé se trouve en tête et non à la fin .cette bibliographie juste un aperçu est donc ,n’est pas exhaustive et je discute d’autres idées des autres livres non cités. J’avance les conditions nécessaires et me semble suffisante pour qu’un mouvement peut mener à une indépendance des berbères et voire la constitution d’un État berbère.

De prime abord, les revendications du début de 1990 étaient toutes liées et venaient avec la chute du mur de Berlin . L’union européenne a fait avancer des droits sur les minorités et vous pouvez lire
recommandation 1201(1993)qui avait ses débuts en 1989 ,à la chute du mur de Berlin, les revendications des berbères ,pratiquement point par point. À la différence ,des minorités berbères dites aussi visibles veulent passer de cet état vers une autonomie vers une indépendance . Donc les lois sur les minorités au Maroc ou Algérie ne servent qu’un seul objectif l’indépendance et la création des micros États berbères. On peut lire sur la recommandation 1201 à l’article 6 « toutes les personnes appartenant à une minorité nationale ont le droit de créer leurs propres organisations, y compris des partis politiques » . Or comme dans toutes les constitutions du monde qui se veulent démocratiques ,personne ne peut créer un parti politique sur la base d’une ethnie ou d’une religion sinon c’est la discorde sociétale. Les berbères avaient pour point d’appui cette recommandation européenne ensuite des organisations internationales à l’ONU.

La charte d’Agadir relative aux droits linguistiques et culturels est un premier pas vers des revendications plus importantes ,car il y toujours un début de tous les mouvements politiques:ils commencent par des revendications culturelles pour atterrir dans des revendications politiques. Donc on peut relever des illusions de cette charte d’Agadir ,comme je venais de l’expliquer plus haut ,le peuple berbère n’avaient pas une identité politique se sont des tribus,des nomades(au début!) et leur culture se déplace avec mais on ne peut pas lier l(identité berbère avec un pays le Maroc ou l’Algérie car ils sont des fuyards dans le sens de la lâcheté(pas tous!) sinon ils auraient du rester en Syrie étaient déloyaux envers leur roi Mannissa…certes,la survie demandait et exigeait un déplacement vers des terre fertiles …mais cette raison n’explique pas la vraie nature du caractère berbère et encore moins sur une identité réelle du berbère. Et si on fait le parallèle avec d’autres peuples qui ont exister à l’époque on s’aperçoit ,qu’ils avaient aussi une identité flottante mais non prégnante et se sont par la suite dissoutes(ces communautés) dans la majorité . Le berbère a un problème d’identité est dû aux élites berbères qui n’ont pas voulu de l’Islam comme nouvelle religion ,ajouté à cela ,leur nombre était minime par rapport à la superficie qu’ils avaient occupés et étaient donc des minorités de l’espace car comment peut-on concevoir une histoire d’un peuple si ce dernier n’existe pas ou d’une négligence importante. C’étaient des tribus dispersées et non un État constitué politiquement.

Leurs objectifs à atteindre dans cette charte d’Agadir ,la stipulation de la langue amazighe qui est une erreur car pourquoi pas ne pas stipuler aussi la langue juive ,ou d’autres langue minoritaire ,néanmoins ,il s’agissait d’un premier pas vers des revendications plus politiques. Le deuxième point sur la promotion de la langue amazighe est dit autrement l’arabe gène !! et pour cause ,les berbères n’ont ni l’arabe ni le berbère d’où la standardisation de la grammaire amazighe donc une organisation et instruction de tout un peuple berbère. Le point 5 exprime clairement la création d’un État ou sous État à l’intérieur d’un État dans sa portée car aujourd’hui il y a des canaux de télévision privées…des réseaux sociaux.

Je fais remarquer les revendications berbères ne sont pas partagées par les berbères de base qui constituent plus de 90% du peuple berbère.
Les neuves revendications signées en mars 2000 ,sous forme de manifeste, représentent un caractère fluctuant. La première revendication est la primauté à l’amazighité et non au panarabisme . Donc tant qu’à dire le Maroc n’est plus un pays arabe de même pour l’Algérie. Les statistiques et la civilisation arabe montre le contraire ,donc une revendication d’une minorité qui se veut majoritaire, c’est le complexe d’infériorité.
La deuxième revendication la reconnaissance officielle de la langue amazighe ,il s’agit de revendiquer un espace indépendant comme chez les flamands en Belgique et cette revendication ,s’est faite jour une fois la région flamande est devenue plus riche ,quelle idiotie car avec le temps ,si on peut faire une supposition réaliste du futur ,la région s’appauvrit(plus de diamant du Congo Kinshasa) et que faire avec de linguistique flamand et de la ségrégation en parallèle…

La troisième revendication ,le retard culturel des berbèrophones ,qui est dû surtout à la négligence et l’oubli des riches berbères qui ont délaissé les régions ou ils sont issues. L’État a une part de responsabilité mais ceci n’explique pas tout et la grande gueule qui avaient eux seules(les communautés berbères) à affronter le colonialisme est tout à fait faux ,si cela ne se tenait qu’à cela ,les berbères auraient constitués un État à eux puisque le Maroc était dans une phase seconde .
La quatrième revendication l’identité berbère est une chimère ; ils sont bilingues;l’arabe est omniprésente et beaucoup d’entre-eux ont une culture arabe surtout les élites ,car pour comprendre leur monde ,ils devraient se renseigner en langue ,les écrits sont en arabe . Mais cette identité berbère peut se reconstruire puisqu’elle était dans un passé de mile ans . En tout cas ,il s’agit d’un réveil berbère mais dans un mauvais espace ,car ce dernier est complètement occupé par les arabes.

Au passage je me permets de dire qu’il n’existe pas de chauvinisme arabe, cette idée est purement de l’ancien colonisateur et français et espagnol pour s’insérer dans la communauté marocaine et de là, le dahir berbère de 1934, car dit autrement si le chauvinisme existe et l’aurait une origine et qui n’est rien d’autre que la pénétration de l’Islam dans une société multilingue car à l’époque ,il n’y avait pas que la langue berbère ,il y avait aussi à juste d’exemple l’herbeux ,l’arabe(et oui!)et la caractéristique fondamentale dans tous les pays qui ont vu l’islam ,les califes comme les compagnons du prophète et même dans la charia que l’islam est une conviction et non une apparence et d’abord un Islam de cœur ,une paix de l’âme;sinon comment expliquer l’Iran ou l’Indonésie sont restés dans leur langue maternelle (avec tous les dialectes)?

La cinquième revendication il n’existe pas un une idée malsaine d’exclure la langue berbère de l’évolution d’un pays ,mais il faut s’y rendre à la realpolitik qui consistait et consiste toujours à dire que la langue arabe est la seule à même de suivre la technologie ,l’évolution scientifique du monde occidental car il existait une traduction des ouvrages occidentaux en arabe et pas en berbère et si les décideurs politiques du Maroc, de l’époque suivaient votre idée de la langue berbère d’abord ,nous aurions enregistré un temps énorme d’un retard que personne ne le ra trappe car d’autant plus avec la langue arabe il existe déjà un retard important(mais nettement moindre)… ce qu’il faut savoir qu’en politique ,il y a d’abord les grandes lignes et ensuite les lois et enfin l’application qui englobe le suivi ce qui implique les réformes et comme on dit dans toutes les écoles d’administration la réforme de l’État qui ne se termine jamais . Donc il existait un choix politique qui est certes au détriments de toutes les langues régionales et en particulier la langue ,mais alors il faut aussi comprendre que ces berbères n’étaient absents ni de la scène politique marocaine ni de la société, ils sont même omniprésents un vrai colonialisme de l’intérieur du pays. Alors de grâce ,pas de complexe d’infériorité ou des plaintes des enfants des non mûr;car c’est justement l’état d’esprit de ces berbères et au Maroc et en Algérie ,tout de moins plus de 90% de cette population berbère ont ce caractère.autre chose ,il n’existait pas d’idéologie dans le système éducatif marocain , car politiquement l’époque de Hassan II était anti socialiste ,anti Nasser et de Mohamed V (le socialisme arabe)était juste prononcé à prendre avec des pincettes car le système royal est plus compliqué pour se permettre un arabisme ,par-contre l’état d’esprit juif existait et en plein essors qui ne permettez pas l’accord entre arabe et berbère d’où l’idée de Dahir berbère était purement juive ,connue sous le nom « diviser pour régner ». donc l’ennemi est parmi vous (les berbères qui ont une relation très directe avec les juifs …), ceci dit je n’extrapole pas car d’abord le peuple est hors de ce jeux politique et, pour preuve tout un peuple berbère et dans le haut ou le moyen ou l’anti Atlas ne demande qu’à les secourir et du froid et de la faim et de la soif et même leur donner une éducation et peut importe le sauveur !

La sixième revendication les berbères qui ne connaissent ni la langue arabe ni les coutumes arabes ni la loi …pratiquement des sauvages et qui sont à la merci des premiers venus et en particuliers les commerçants berbères… sont au même titre qu’un européen qui débarque au Maroc sans rien connaître de la société marocaine ,à la différences les européens respectent les lois ,sans porter atteinte aux indigènes(quand il n’est pas colonisateur !) ,certes ils ont d’autres points négatifs mais cette basse besogne des berbères qui ne cherchent qu’à faire du mal aux arabes ,qu’à développer la régression sociale ,qu’à nuire aux progrès des arabes ,qu’à améliorer le système de « bergague » et quoi bon !!. donc ce sont eux qui formulent l’état d’étranger dans leur pays alors qu’eux limitent leur pays dans leur psychisme, à leur « patelin » . l’ennui sur ce caractère d’ignorance des berbères qui émigrent de leur tribu,ou village vers les grandes villes ,ils exécutent et croient à tout ce qu’en leur racontent et le raconteur  n’est rien d’autres que la police politique, le bergague qui ont des cibles à toucher les dissidents politiques ,par exemple ou ceux qui se réclament des droits de l’homme et de la femme…donc l’ignorance de ces berbères car leur communauté et comme celle des juives ne s’occupent pas de leur pauvres d’esprit ou de leur pauvre tout court(Israël est une politique spécifique des lobbys juifs ,d’avoir un foyer et depuis 1948 et d’accueillir tous les pauvres juifs du monde et pas seulement!,donc un simulacre car les élites juifs marchandent avec leur peuple juif pauvre…) ,d ‘autant plus l’État marocain ne fait aucun effort dans ce sens et ceci depuis l’indépendance . Certes , le politique marocain n’est pas au niveau et comment il peut l’être avec un palais qui domine tout et seule la politique vue et corrigée entre ,le sous-système du système,dont leur matière grise viennent des occidentaux et surtout des juives d’ailleurs ,des centres de recherche qui ont pour objectif de garder le niveau marocain en état d’une guerre civile ,sur la base ,sans eux le déluge.

Alors cette sixième revendication est carrément la création d’un État berbère et le rejet ,pure et simple de l’arabité et ceux qui veulent vivre au Maroc doivent comprendre le berbère et quelle idiotie !
La septième revendication est correcte ,l’art n’a pas de langue officielle;un tableau de Picasso est dans toutes les langues ,chacun l’interprète dans sa propre culture ,oui, l’ État ne fait pas assez pour promouvoir la place de la culture dans la société marocaine…
La huitième revendication n’est pas importante , il suffit de voir des pays ou les noms des rues sont des chiffres et des nombres ou autres , et il n’y a pas de provocation de l’administration marocaine, ce sont des ordres qui sont appliqués mais les noms berbères se sont les berbères qui devraient les entretenir ,les médias privés ,les facebook, ….réseaux sociaux,tout existe certes il y a des centaines et qui sont valables pour tous les marocains et quelque soit sa communauté.
La neuvième revendication est de trop qui est déjà cité dans la septième revendication.
En résumé ce manifeste de l’an 2000 et qui constitue une base de revendication berbère n’a ni l’esprit ni le corps d’un vrai manifeste qui doit être une étape vers une revendication plus générale à savoir les partis politiques berbères et en langue berbères ,la linguistique est importante dans les revendications politiques qui doit mener ensuite à gérer des gouvernements et enfin l’établissement d’un État berbère pur et simple . Ce manifeste ne représente pas tous les berbères et sur tout pas la populace(la majorité du peuple berbère) berbère ,si non c’est le parti politique berbère de Tizi-Ouzou qui en dehors de leur patelin et leur idiome ,il n’y a pas d’assise politique, néanmoins, il a le mérite d’exister et donne un état d’esprit d’une catégorie de berbère .

Ce manifeste est venu suite à la charte d’Agadir relative aux droits linguistiques et culturels de 1991 et dont nous essayons de trouver des points de litiges.
L’identité culturelle ne se définit pas par la falsification de l’histoire . Si il existe un groupe ethnique qui a vécu pendant des millénaires on ne peut pas dire aujourd’hui qu’il a une identité pure à cette culture car tout au long du temps passée ce groupe ethnique a subit plusieurs modifications dues aux guerres des religions(entre autres) ,des expansionnistes commerçants,…donc il existe un métissage et le groupe aujourd’hui n’est pas ce qu’il était il y a 10000 ans;il existe donc et une mutation mais aussi une somation donc on identifie aujourd’hui ce qu’il y a maintenant une centaine d’année au maximum 4 ou 5 siècles et encore …
La culture amazighe ,personne ne la conteste ,l’État non plus et toute culture qui se trouve sur le sol marocain a une reconnaissance et n’a pas besoin de publicité pour cela . Donc le deuxième point la culture amazighe n’a aucune signification d’être cité ,à moins qu’il s’agit d’une étape pour une revendication politique et c’est justement ce qui va se passer par la suite ; et dans les congrès berbères ,le manifeste de 2000,…
Le troisième point sur la langue amazighe;il existe une divergence de vue entre tous les berbères de siwa en Égypte jusqu’aux îles Canaries, sur l’unicité de la grammaire et il faut souligner sur le terrain, les berbères dans les montagnes et les vallées ,des berbères ne sont pas instruits et utilisent souvent leurs dialectes régionales.
Concernant le quatrième point était de la langue et de la culture amazighe inscrire la langue comme langue officielle était un tord fait à l’arabe et aux arabes comme communauté et il n’existe pas de relation de cause à effet de l’introduire dans la constitution d’autant plus une langue est vivante de par ce qu’elle apporte aux citoyens ,ici, les marocains ne se pressent pas pour l’apprendre et les berbères d’origines qui vivent dans les grandes villes où ils sont nés ont tendance à ne parler très peu sinon pas du tout ; le pouvoir en place qui avait introduit la langue berbère a tord politiquement parlant. Un simple exutoire de fumée.

Le cinquième point sur les perspectives de l’action culturelle amazighe il s’agit tout simple de forcer la main des citoyens marocains qui ne savent la langue berbère à l’apprendre et de forcer la main des arabes;il s’agit donc d’un non sens.
Les 4 points ;c’étaient les observations sur quoi découlent les objectifs suivants et , comme on dit en mathématique les hypothèses sont fausses la conclusion est peu ou pas crédible ; en voici :
premièrement la stipulation du caractère national de la langue amazighe à côté de l’arabe ,tant qu’à faire l’hébreu aussi . Non ce n’est pas sérieux et il faut attendre un nouveau système une autre tournure de l’histoire pour que les choses reprennent leur cours normal et pas question de mélanger les pattes . Si l’exemple est la langue flamande en Belgique ,il faut se demander pourquoi ils(les flamands) n’avaient pas manifesté leur autonomie sociale,linguistique,…en 1830 quand ils étaient pauvres et cette revendication se fait sentir de 1960 après avoir dévaliser une partie des diamants du Congo Kinshasa….
Le deuxième point est ,comme je viens de le dire plus haut est d’obliger les marocains à étudier une langue et la généraliser ,c’est un non sens.
Le troisième point l’intégration de la langue et de la culture amazighe dans les divers domaines ,même constat que le deuxième point.

Le quatrième point c’est juste mais aux même titre que les autres dialectes ou d’autres langues que l’arabe .
Le cinquième point le privé oui mais pas dans le public car l’État a une langue et pas deux.
Le sixième point oui

Le septième point est une répétition du deuxième point.
Il y a donc plusieurs mouvements des berbères dont on peut citer : les projets pour l’autonomie de la Kabylie ,la déclaration de l’autonomie du grand Rif au Maroc ,ou encore le mouvement pour l’autonomie du rif ,ensuite et la liste n’est pas exhaustif déclaration du mouvement pour l’autonomie du Souss . Commençons par celle de Souss dite aussi déclaration de Taynzert pour l’autonomie du grand Souss. Basée sur cette observation :

La première est fausse car dans un État comme le Maroc avec un système de bergague une centralisation de pouvoir (même si on parle dernièrement de l’autonomie et de décentralisation administrative) il est impensable que la fédération de Souss soit indépendante ,j’expliquerais sur ce point dans youtube.
La deuxième observation est juste mais pourquoi les soussi ne l’ont pas fait auparavant si ce n’est par d’autres moyens ,légaux de travailler leur région .est-ce qu’ils ont besoin d’une autorisation de l’État pour éradiquer la misère qui frappe tout l’anti-Atlas ?

La troisième observation quand on fait une politique on (les gouvernements en place) répartissent la richesse vers des endroits plus importantes que Souss ,mais ceci dit si les souss ne savent pas manifester comme les rifains …d’où l’importance de la décentralisation,en tout cas c’est la faute aux soussis et pas à l’État.
Le quatrième point est faux car ils(les berbères) sont aux palais royal ,partagent,à un certain point, le pouvoir à fond avec leur système de bergague basé sur le téléphone arabe et donc un suivi psychologique qui prend racine chez les psychopathes de juifs avant d’être appliquée au Maroc…
Le cinquième et le sixième point est une répétition du quatrième point.
Le huitième point il s’agit de refuser la langue arabe comme seul vecteur unificateur de la population marocaine.
Donc leur déclaration de vouloir une autonomie pour le grand Souss est nulle et non avenue pour les raisons citées plus haut.
Et cette déclaration est une copie conforme d’une autre déclaration des kabyles au pouvoir central d’Alger .

Abdelkrim Al Khatabi avait voulu et déclaré en1922 mais une république régionale et d’ailleurs les rifains d’aujourd’hui insiste sur le caractère régional .
D’où l’autre déclaration pour l’autonomie du Rif qui ne veut pas de standardisation de leur langue , cette déclaration de l’autonomie du grand Rif au Maroc c’était en 2007 aussi basée sur sept observations :
La première ; les grands leaders politiques n’attendaient rien du colonialisme espagnol ou autre et ceci depuis l’indépendance le Maroc se trouvait dépourvue de toutes ressources(il fallait recommencer l’exploitation des richesses naturelle du Maroc et former tout un peuple dans un analphabétisme…), car d’une part ,le colonisateur a tout dévalisé et le peu qui restait le nouveau colonisateur ,les décideurs politiques marocains de l’époque avaient volé le pays est devenu donc amorphe , un déséquilibre régional, une non répartition équitable et puis il fallait définir les priorités.
La deuxième observation est juste il faut une liberté individuel et de l’époque vivait sous la guerre froide et partout dans le monde les bouches étaient cousues mais il n’empêche qu’il devrait y avoir une liberté d’expression de pensée,…encore faut -il définir les limites qui sont difficiles d’être acceptées par tout le monde.

Le troisième point est juste

La quatrième observation est juste

La cinquième observation est juste mais sans rapport .

La sixième observation sans rapport.

La septième observation stipule seule l’autonomie…parfaitement d’accord mais sous conditions

La huitième observation est un bon point car il fait état d’un grand Maghreb et qui est en général arabe et donc on tient compte de la langue et de la culture arabe dominante ou majoritaire.

Les proclamations de ce grand Rif sont les suivantes :

article premier sur l’autonomie des régions et en particulier celle du Rif , oui, il s’agit d’une donne politique qu’à mon avis ,en tant que politique, il faut conditionner cette autonomie car elle peut déboucher sur une indépendance sinon une lutte armée.

Deuxième article est une répétition du premier article.

Article trois est aussi une répétition .

Article quatre aussi une répétition ,on parle du Rif non du Sahara occidental marocain ou non ,cette déclaration du grand Rif veut extrapoler la question de l’autonomie.

L’article cinq et donc il faut assumer les résultats d’un tel referendum supposé sain de toute fraude.

Le sixième article oui le grand Rif ce n’est pas de l’atlantique et peut-être il faut passer par une étape transitoire celle d’une future autonomie dans le temps il faut que l’État marocain évalue la construction de ce grand nord rifain et ensuite trouver les moyens ;une finance et en troisième lieu l’autonomie de tout le grand Rif sous conditions.

L’article sept le souverain ne peut pas tout faire car il y a ,entre autres des milliards d’euro à investir et l’État marocain et son souverain ne sont pas chaud à cette initiative donc au rifain et à leur diaspora de présenter les avantages et les plan d’étude pour cette région du grand Rif…

Ces déclaration du mouvement berbère se suivent et se ressemblent. Qui ont une identification dans les années soixante mais c’est le printemps de Kabyle ou encore berbère (Tizi-Ouzou,Algérie)de 1980 constitue donc le socle. En 2001 il y a eu une plate-forme de revendications dite d’El Kseur . D’emblée et sans observation ou introduction telle le mouvement se fait sentir pousser les ailes et adopte 15 revendications :

Premièrement l’aide de l’État algérien qui semble manquer à ses devoirs d’assister les personnes en danger et qui ont été victime des manifestations provoquaient par des élites berbères;donc ces berbère exigent de l’État algérien qu’il soit plus paternelle.

Deuxièmement de juger la force de l’ordre ceci est un non sens. Mais ,s’il existe des exactions avec preuve à l’appui dans ce cas seulement et la sentence est un dommage et intérêt et surtout une radiation de la police ou de la force de l’ordre envoyait pour cette mission.

Troisièmement des avantages !! car ces berbère se considèrent meilleur que tous les autres algériens ,c’est un sentiment juif;le peuple élu.

Quatrièmement est un point d’une revendication politique implicite car quand ces berbères exigent le départ des brigades de gendarmes et donc l’État. Cela veut dire politiquement une demande de leur indépendance d’Alger(décentralisation ,autonomie ou carrément un sous État voire un État kabyle).

Le cinquième point est une application du quatrièmement.

Sixièmement est un point juste à seule condition que ces berbères présentaient leurs justifications comme quoi l’État est tortionnaire ce qui est du domaine du harcèlement moral et physique des citoyens berbères.

Septièmement est une contradiction du sixièmement à moins si les commissions peuvent être constituer des berbères eux-même connus d’une impartialité.

Huitièmement la revendication devraient toujours passer par un referendum et comme langue officielle tamazight est une revendication qui n’a pas de sens dans un État comme l’Algérie ou le Maroc ,mais il a un sens dans le cas d’une indépendance ou tout simplement d’une régionalisation ,à l’échelle de la région et pas national.
Neuvièmement il s’agit d’une régionalisation.
Dixièmement il généralise à tout le peuple algérien qui lui ,ne se plaint pas autant que les berbères de Tizi-Ouzou ,donc il faut se limiter à la région.

Onzièmement est un point qui cache son nom l’indépendance de la région Kabyle ,pure et simple.

Douzièmement on ne demande pas le beurre et l’argent du beurre.

Treizièmement il s’agit d’un complexe d’infériorité ni plus ni moins;la « hogra ».

Quatorzièmement c’est coller à l’État algérien qui est un droit mais de grâce personne ne peut empreinter deux voies opposées.

Quinzièmement oui,l’État algérien doit répartir la richesse du pays vu que le pétrole coule à flot, néanmoins les « autonomistes » ou « les indépendants» devraient savoir ce qu’ils veulent.

Une autre déclaration pour l’autonomie de la Kabyle qui est venue après celle d’El Kseur sur la base de ces sept observations, conclut par une revendication ou la seule revendication celle de l’autonomie de la kabyle .

Première observation est la même observation des berbères marocain à savoir l’identité berbère et leur histoire .j’ai déjà formulé plus haut le pourquoi du comment.
La deuxième observation ,ces berbères se justifient de leur solidarité avec la communauté arabe dans la lutte contre le colonialisme français , ce n’est pas vrai et on(chez ceux qui avaient vraiment combattu le colonialisme) parlent même la complicité de ces berbères(pas les rifains d’Abdel Krim Al Khatabi ,qui est une exception historique de demander à la fois l’indépendance du colonisateur espagnole et une république) avec les français ,c’est une communauté très visible en France et très intégré dans les valeurs française voire contre l’Algérie et il existe même une connivence avec des juifs d’ailleurs Ferhat Meheni est pour Israël voire même admire et croit qu’il existe une démocratie en Israël et si on peut extrapoler ,une simple stipulation ,il est pour un colonisateur de cette mafia de juifs sionistes ,des psychopathes,ou peu importe ,donc pas d’indépendance d’esprit pour demande une indépendance de la Kabyle.
La troisième observation il s’agit d’un complexe d’infériorité ,l’État algérien ne fait pas d’amalgame entre communauté berbère et arabe , la loi est pour tout le monde,maintenant s’il existe un dysfonctionnement c’est possible mais ces berbères ont droit de demander à l’État réforme et réparation.
Je saute au sixième point ,une observation historique qui est une référence pour le mouvement berbère en Algérie est le congrès de la Soummam de 1956, qui est léger car le temps a changé depuis.
La septième observation , tenant compte de la charte des nations unies ,les droits universaux ,oui c’est une base ,encore il faut savoir s’il existe une relation de cause à effet.
La neuvième observation est l’émergence des revendications qui stipulent et insistent toutes sur l’autonomie qui n’est pas dépourvue d’autres arrières pensées.
La dixième observation , une comparaison avec ce qui se passe dans le monde qui est faux car toute comparaison n’est pas raison ,j’ai cité plus haut le cas flamand .
La onzième observation est une menace sur l’intégrité du territoire algérien
et suite à tout cela le congrès demande une autonomie de la Kabylie.

La constitutionnalité de l’amazighité comme langue ou d’autres applications ne constitue pas une équation d’équilibre mais vers une guerre civile et obliger tout le monde à apprendre une langue ,une sorte de dialecte à qui on(le pouvoir en place) lui a donné ses lettres de créances et donc il s’agit plus ,d’une mutation que d’une simple somation car avec le temps les berbères reprendraient le dessus et se substituer à la langue arabe ;mais pourquoi retarder toute une société à apprendre une langue qui n’est pas issue d’une civilisation et encore moins à une traduction dans le monde évolutif scientifique surtout ,il s’agit donc ,si la linguistique gagne du terrain d’un non sens et la non présence des politiques et marocains et algériens(car les autres États ou la «  berbèreité » existe n’ont pas cette exagération de mouvement berbère) n’ont la puissance la force politique et ne sont donc pas des chevronnés;se sont tout simplement des hommes et des femmes qui cherchent à s’enrichir ,et s’en foutent, de l’État Maroc ou Algérie,encore moins des conséquences qui en découlent et en particulier guerre civile qui se profile à l’horizon.
Je me permets de dire le seul leader qui a pu mouvementer ce mouvement berbère et lui a donné une envergure internationale car je pense que tout mouvement passe par deux phases parallèles ou fusionnées et lutte armée et lutte politique ,ces mouvement récents que j’ai cité plus haut n’ont aucune expérience sur le terrain ; car la lutte armée est d’abord connaître le terrain ,la géopolitique si on veut étaler ce mouvement sur plusieurs pays ,ou tout de moins connaître le peuple berbère au lieu de se cloisonner dans un bureau feutré et constitue des groupes ,des élites ,des intellectuels berbères ,cela ressemble à ce que disait le général de Gaulle des généraux « putschistes »d ‘Alger « ces quadras ». donc c’est Abdelkrim al Khatabi qui avait l’étoffe et qui faisait et la théorie en tant qu’intellectuel berbère et une lutte armée contre et le colonisateur et le système royaliste marocain de l’époque et était le deuxième dans le temps à proclamer ou demander avec force et insistance une première république marocaine(les premiers c’étaient les andalous en 1629 à 1668). Voici sa lettre adressait à la ligue des nations en 1922 qui montre un caractère avancé d’un révolutionnaire berbère(certes ,il était juriste en Espagne et avait vécu dans cette société européenne ,il savait donc parler à la conscience des pays civilisés ou pour être juste des pays puissants qui ont battit ce consortium la ligue des nations l’ancêtre de l’ONU d’aujourd’hui.

D’abord il parlait avec prudence car à l’époque le système de « bergague » existait déjà et c’étaient eux(bergagues sont l’arme d’une politique des psychopathes juifs au palais royal ,à l’époque il n’ y avait pas encore d’Israël) qui avaient créer le territoire dit de siba(anarchie) et, de ceux qui entravaient les gens honnêtes et empêcher de tout progrès ,dites des arriérés qui eux n’avancent pas ,n’évoluent pas et exploitent la classe pauvre et moyenne de la société ,exploite tout faible d’esprit dont la décision de faire ceci ou cela est commandée d’une façon forcer ou par une parole douce ou de faire croire aux faibles qu’il a aussi une reconnaissance sociales de telle sorte le bergague effectue la tâche avec aisance et surtout de son propre gré). Disait Abdelkrim Al Khatabi «… et nous ignorons si notre correspondance vous est parvenue » ,plus loin «… les rifains demandent:» est-ce que la réforme consiste à détruire des maisons en utilisant des armes interdites «  encore plus loin « …le soulèvement du Rif est le résultat de l’oppression et des abus de pouvoir … » « le rif ne s’oppose pas à la civilisation moderne…le Rif aspire à l’établissement d’un gouvernement local »(il n’avait pas confiance au pouvoir de Makhzen ,le pouvoir central. « sous le couvert de titres divers »(sir et autres titres de noblesse). » le Rif est soucieux d’établir un système de gouvernement pour lui seul,qui dépend uniquement de sa propre volonté;il veut établir ses propres lois et ses traités commerciaux afin d’être le protecteur de ses droits sur le plan intérieur et international » il s’agit d’une autonomie avancée et atterrit dans vaste terrain l’indépendance;puisque le Maroc était partagé encore en cette époque,les années vingt en terre de siba(l’anarchie complète) et la terre de Makhzen gérée par le palais royal ,mais siba et terre de Makhzen c’était un seul pays le Maroc. « … l’Europe ne cherche qu’à lutter contre tout le monde musulman »déjà le sentiment était criant l’Europe avait une dent contre les musulmans et ne cherche pas à partager ses valeurs de la démocratie mais juste à exploiter les richesses du pays colonisé et Al khatabi parle des armes interdites référence faite à l’arme chimique ,donc la rancune européenne utilise ces armes interdites. Et garde une confiance puisqu’il n’extrapolait pas ce sentiment et croyait qu’il existe des décideurs politiques qui sont de bonnes fois et ils ne sont pas au courant de se qui se passe dans le Rif.
Revenons en arrière déjà en 1914 le sultan dit moulay Hafid «  les berbères ne manifestent jamais et pourtant ce roi était un franc maçon ,il pensait la société . Et puis l’encerclement de Fez ancienne capitale du Maroc par les berbères avec(ou un prétexte, car le territoire siba gagné plus de terrain et donc une bonne manière de couper court et de choisir la France pour le protectorat ) encerclement réalisé par les berbères du haut et moyen Atlas et le dahir berbère était une idée du palais royal voire des juifs du palais qui cherchaient une suite dans leurs idées puisqu’ils sont là à faire le beau et la mauvais temps . . je prend d’abord le traité pour l’organisation du protectorat français (Fez 30 mars 1912),la conférence d’ Algésiras (au passage même endroit qu’Abdelkrim Al Khatabi entamait plus tard ,des discussion en1926) en 1906 à préserver l’intégrité …(référence faite aux maintiens d’ordre dans les terres dites de siba ,le makhzen … pratiquement cent ans plus tard 2012 une nouvelle constitution(contestée) faisait suite aux soulèvements populaires…le printemps arabe.
Maintenant le dahir berbère en 1930 a été corrigée en 1934 qui ne stipulait plus l’immixtion dans les affaires berbères ,leurs coutumes,traditions, administrativement parlant. Mais il faut dire ce dahir n’était en aucun cas discuté avec la populace berbère mais adopté en première lecture par les élites berbères qui en se dérangeaient pas de l’état d’esprit des berbères de base et sur impulsion des arabes marocains ,algériens égyptien du monde arabe que l’autorité française avait fait marche arrière donc le panarabisme a servi les berbères qui ne sont pas reconnaissant;les arabes avaient utilisé l’argument de l’Islam qui faisait peur aux européens . Mais le dahir faisait huit articles et l’application était progressive certes ,les arabes avaient commencé un autre combat puisqu’ils ont découvert les faiblesses des européens ,celle de l’indépendance et ,la question qui s’impose pourquoi les berbères de l’époque n’avaient pas créer de parti politique berbère et demander l’autonomie pour leur région car ces revendications ne touchaient en rien le traité de protectorat ?

Donc les revendications d’aujourd’hui a un sentiment d’attraper un temps passé. Par exemple le haut Atlas revendique très rarement sinon pas du tout autonomie à la différence du Rif et du Souss . Le mouvement berbère au Maroc ou en Algérie est très divisé. Mais ils ont tous ces mouvements une seule revendication ,l’autonomie pour leur région sinon une inspiration pour le grand pan berbère. .
L’Islam n’a rien fait ou exigé des berbères ,si ce n’est ces derniers sont considérés comme des musulmans ,en leur majorité mais avec un Islam léger ,pas d’obligation et de forcer les limites des musulmans ,les berbères peuvent ne pas faire le Ramadan ou manquaient à leur devoir de l’Islam,mais celui qui fait les choses à moitié ou pas du tout, se sont les berbères (par non conviction)donc un Islam léger c’est pour cette raison ils ne se sentent pas dans la mouvance islamiste et même lutte contre cette Islam en tendant des pièges aux musulmans ,aux arabes se croient malins ; mais il s’agit d’une façon de ne pas aimer l’Islam par contre ,ils adoptent l’attitude juive, c’est un choix. Encore une fois ,il y a des bons et des mauvais partout,donc il ne faut extrapoler. J’insistais sur leurs points qui semble à une grande population arabe de tendances négatifs par rapport à des normes des droits de l’homme et de la coexistence .

Rachid ELAÏDI

politique

Advertisements