En politique , il n’y a jamais de repli encore moins une retraite. Poutine en Russie vient de démontrer cet adage ,par un retour aux affaires de l’État Russe et ,Sarkozy est sur la même voie,si les conditions sont réunies . Autrefois en 1976,Chirac disait à Giscard, qu’après Matignon, il va travailler dans une galerie de peinture. Donc seule la constitution qui peut fixer le mandat d’un homme ou d’une femme d’État ,à la présidence d’un pays. Certes le monde de Poutine est non démocratique au sens européen du terme mais en politique ,il y a des pratiques non démocratiques qui s’adaptent,avec le temps, dans un monde plus démocratique… d’où la conscience politique est indispensable dans une démocratie car il faut éviter cette méthode de recherche de pouvoir et de s’éterniser mais il faut donner l’exemple d’un monde plus en mouvement et que le pouvoir n’est pas une prise d’otage mais il appartient à tous les citoyens ,dans un ordre et une organisation qui se respecte . La majorité politique n’explique pas tout ,car c’est un des coups tordus pour le bon déroulement d’une démocratie . Car aussi,dans une élection présidentielle, l’argent est le moteur turbo ,d’où le fardeau de la charge du financement,ne peut être tenue que par des partis ,des mouvements politique de plus en plus puissants et donc un calcul non sain ,qui ne donne pas le droit au chapitre, aux indépendants. Mais seulement voilà, la conjoncture détermine le jeu d’avance;la crise économique a fait évacuer 11 dirigeants européens . Et si la crise persiste et déstabilise de plus en plus la vie économique qui, se répercute sur la vie du pauvre citoyen (qui constitue un pourcentage loin d’être négligeable aux élections…) alors le citoyen rejettera les deux grandes formations politiques et Bayrou à l’Élysée ,mais si l’insécurité engendrée par la crise se développe et s’intensifie d’une façon exponentielle, Lepen est à l’Élysée. Que les choses soient claires pour Hollande de travailler donc ,d’ arrache pied sur cette crise qui occulte tous les horizons politiques, donc Hollande est le pompier par excellence; il est là , car Sarkozy avait échoué à redresser le pays et ,non parce qu’il est socialiste au sens de Mitterrand ou …d’ailleurs ,ses 60 propositions n’ont pas de couleur politique précise. En sus, comme Mitterrand avait tout fait pour diminuer le chômage et il n’avait pas réussi ,Sarkozy aussi avait tout fait ou presque pour sortir de cette crise ,mais le poids de cette dernière est tellement lourd(car la France seule ,aussi,ne peut pas faire cavalier seul car l’Europe est une obligation avec l’ adage:«nous sortons ensemble de cette crise ou nous crevons ensemble», quoique il y a des voix qui commencent à se faire entendre pour une autre méthode celle du largage « marche ou crève » peut être appliquer à la Grèce). Une chose publique est sûre ,l’européen ,en général, n’est ni de droite ni de gauche au sens du XX ème siècle. Mais il est pour son steak ni plus ni moins.

La méthode de Hollande est différente de celle de Sarkozy . Ce dernier ne mettait jamais au courant l’opposition de ses démarches et spécialistes des coup bas(les spy-camèras)…,donc il y avait une non transparence ,d’où la phrase de Hollande avec Merkel de mettre tout sur la table ,pour une meilleure croissance,entre autres. Et d’où la surprise de Merkel de voir un nouveau président qui n’est pas au courant et Merkel insiste sur les éléments de base telle définir la croissance. Mais l’Allemagne suit la France ,cela veut dire si la France change de président ,l’Allemagne change de chancelier et donc des élections anticipées en Allemagne. Donc comme Merkel ,tous les dirigeants européens sont dans cette position d’attente,de voir la méthode de Hollande et son temps d’adaptation à l’échiquier politique européen. Hollande n’est pas comme Mitterrand ,il s’adaptera tout de suite. Son équipe est très serrée ,issue de son propre entourage de longue date,c’est un nouveau capitaine très prudent avec un passé très chargé. Encore faut-il faire la différence entre ce qui relève de la théorie et de la pratique du pouvoir ,si on croit son cheminement politique. Il aime l’exercice de la politique qui est un bon point ,d’où ces envoyés en Iran ,…l’ennui c’est s’il n’arrive pas à trouver d’autres issues politiques et serait-il obligé de refaire la politique de ses prédécesseurs? Serait-il en mesure ,de dire une position différente des autres pays occidentaux ,par exemple ,oui ,dans une course aux armements nucléaire, l’Iran est en droit de se protéger et d’avoir quelques bombes nucléaires ou un désarmement de tout le moyen orient ,mission impossible … Ou encore de l’Élysée ,Hollande dira(ce qui est du possible) la France reconnaît l’État de Palestine. Ou encore revoir les accords avec Qatar sur les bases militaires françaises et l’utilisation du nucléaire en cas d’agression de Qatar par l’Iran. Dans son discours d’investiture , il n’était pas clair d’appuyer le printemps arabe y compris militairement comme l’avait suggéré le colonel Chélouati car la démocratie doit primer dans les 22pays arabes à commencer par la première république marocaine et, le temps n’est plus à ces dictatures arabes et africaines qui avaient détruit non seulement le tissu social ,politique …mais aussi l’être humain ,psychologiquement parlant avec leurs polices et des brigades spéciales d’étouffer tout dans l’œuf et de rendre les citoyens peureux et malades psychologiquement par la multiplication des spy-caméras (partout)…; en Algérie comme au Maroc , les dirigeants de ces deux pays jouent avec les sentiments des pauvres citoyens et font des simulacres de démocratie et donnent des faux résultats (au lieu de 4.5% de participants ,ils déclarent 45% ) et personne ne peut rien ,ni vérifier…Le travail des observateurs est donc à redéfinir et de contrôler ce qu’ils font sur le terrain (voire les pots de vin ,sous la table( comme promesses…)),car il est important de rappeler qu’une démocratie doit avoir une base saine et solide ,cela veut dire ,plus de ces dictateurs d’aujourd’hui. Car qui payent les pots cassés ? Ce sont toujours les pauvres citoyens (toujours ont faim ,soif(de moins en moins d’eau potable), pas de travail(réellement rémunéré), pas de liberté d’expression (même les manifestations sont de plus en plus étouffées ), pas d’indépendance, toujours les spy-caméras chez les citoyens …donc le Maroc et l’Algérie constituent un gros laboratoire ou les citoyens sont des simples cobayes alors qu’il est certain ,un jour rien n’arrêtera ces citoyens à diriger réellement leur propre pays dans une démocratie à l’européenne mais de teinte arabe. Et donc pourquoi attendre ,du moment que les occidentaux sont près à rendre ce rêve des citoyens arabes une réalité sur le terrain. Car en dehors d’un printemps arabe pacifiste ,il existe une tendance d’un orage arabe qui est une guerre civile impitoyable (car tout le monde en veut à tout le monde ,c’est le résultat desdictatures arabes). Donc il doit y avoir un mouvement international qui inciterait les dictatures en place à faire bagages et laisser le pays se gouverner ,à commencer par une nouvelle constitution et des élections libres y compris à la présidence de l’État.

Tout le monde se demande que sera la position de Hollande vis-à-vis de la Syrie et exactement vis-à-vis d’Assad. Car ce dernier ne veut rien entendre , il est toujours,dans sa position initiale. Personne au monde ne veut du régime Assad comme réfugié politique et le régime lui même ne veut pas non plus quitter le pays ,la solution est peut-être dans un jugement interne (syro-syrien), il faut reconnaître ,sans une aide militaire poussée ,la Syrie comme l’Algérie ,le Maroc sont dans l’impasse et cette situation peut encore durer (car chacun est dans son fief) le partage du pays serait alors une solution ; Assad tient à son littoral (surarmé) et donc après le Liban en 1921,il y aura un autre État sur le côté Est avec une frontière large avec l’Irak. Tout cela est dû à la non compréhension des dictateurs(en période de paix) de leurs citoyens . L’occident voit depuis toujours les injustices que subissent les pauvres citoyens ,mais les dictateurs ne voyaient pas ,alors que c’est une évidence ; les différentes polices dont les dictateurs se basent constituent une de ces faux piliers et ce sont ces polices et les brigades civiles de gendarmeries et les bergags qui ont foutu la merde car et pour la simple raison ,il n’ y a pas d’État de droit. En Égypte , une partie des députés du peuple demande le retour de cette police pour rétablir l’ordre ,or c’est là l’erreur ,la police doit être cadrée et contrôlée par tout citoyen (par le biais de délation et de plainte ,avec radiation de la police si l’erreur s’avère juste). Il est vrai , l’Égypte qui est le seul pays à faire des avancées spectaculaires ,en la matière ,est encore dans un état embryonnaire car rien n’est encore réalisée . L’attente d’un président de la république se fait désirer et les candidats sont de toutes les couleurs politiques. Mais pour avoir une Égypte en mouvement ,il faut que le président s’entend avec la majorité parlementaire ,sinon l’impasse et le retour à la case de départ(place de Tahrir). En France ,en 1981 , Mitterrand avait annoncé ,contre vent et marée l’abolition de la peine capitale et une fois au pouvoir ,il l’avait réalisé. En Égypte ,il faut dire ,haut et fort, ce que tous les pauvres citoyens égyptiens (du vendeurs des fèves en passant par Noha ,Doua,Ilham,Riham …) disent tout bas qu’ils veulent annuler les accords de Camp David ,il faut avoir la force de ses propres idées. En tout,il y a 13 candidats mais la majorité n’est pas politique . Donc si on croit , au choix des égyptiens pour le parlement ,le président n’est pas une surprise . Par contre le président de l’assemblée nationale Katatni ferait un bon président s’il était candidat ,il a un certain équilibre et il serait dur à le manipuler ,donc la nécessité et l’obligation des égyptiens de choisir un qui n’entravera pas le parlement. Katatni est l’homme clé de l’Égypte selon le mode politique égyptien. D’autant plus ,la constitution qui est entrain de se faire limite les pouvoirs d’un président de la république est donc à la limite une deuxième république égyptienne qui ressemblerait beaucoup à une quatrième république française ,certes le président de la république est au suffrage universel mais il ne peut rien s’il n’est pas issu de la majorité parlementaire ,donc sous un autre regard ,peut importe celui qui sera président ,car la politique se décide dans le parlement et non dans le palais présidentiel. Donc le prochain président égyptien est soit une première étape vers la démocratie ou un retour à la place de Tahrir. Mais tout retour est une signification flagrante à une guerre civile (déjà les prises d’otages existent ,les fermetures des usines ,des vols, des viols,…et tout cela à petite échelle). Il y a un autre danger qui est entrain de guetter sur l’Égypte est celui d’une prise de Sinaï par Israël,qui constituerait un deuxième désordre qui favoriserait le désordre de l’intérieur de l’Égypte . L’ armée égyptienne doit lancer un avertissement à Israël ; les psychopathes de juifs ont constitué un gouvernement d’union nationale formé des anciens militaires et donc une première étape pour une décision collégiale qui n’exigerait pas beaucoup de temps pour qu’elle soit prise dans le temps. La route vers l’Iran passe par Nasrallah et par l’Égypte. D’où le dernier discours de Nasrallah était virulent ,pour beaucoup d’observateurs et d’analystes il s’agit d’une déclaration de guerre et il a raison d’être dans cette position car c’est le seul langage qu’Israël comprend. Avec un petit bémol, Nasrallah disait qu’il était sur le point d’anéantir Jérusalem ,en 2006, mais par calcul stratégique et donc de défendre Beyrouth qu’il n’avait pas osé le faire. Or ,il parait selon des analystes ,qu’il existe un faut jugement de sa part ,car Israël avait détruit ce qui équivalait 3fois Beyrouth et dans une guerre ,il faut marquer les points donc il n’y a pas de place pour les symétries ou des comparaisons de frappes si ce n’est le poids de l’ensemble. Et c’est toujours la même erreur de Nasrallah d’attendre la frappe d’Israël pour riposter;il y a dans cette méthode un faux calcul ,en arabe : «الحرب خداع» . Et c’est aussi la même erreur d’Assad et de l’Iran. Encore une fois les psychopathes de juifs d’Israël ne sont as dans cette logique et ils n’ont jamais été , mais leur logique est basée sur l’instant et donc il faut connaître l’ennemi pour s’en débarrasser et les deux ennemis(musulmans et juifs) ne se connaissent pas.

Un autre mot sur le bon déroulement de l’expérience démocratique de l’Égypte est le parlement suit une démarche méthodique et tout cela se déroule comme si on est en présence de l’assemblée nationale en France ou du parlement européen. Les parlementaires s’adaptent vite et se politisent de plus en plus et les discussions sont de plus en plus responsables . Ici il y a tout à construire , à commencer par les institutions:la police,l’armée,…c’est un long travail car il faut chasser les mauvaises habitudes de l’ancien régime ,réformer , légiférer …car il existe un handicape est d’utiliser encore des lois de l’ancienne constitution et faire du nouveau . Il est vrai le peuple d’Égypte est divisé entre ceux qui veulent une vraie révolution égyptienne ,tout à refaire comme le ténor député Alfarghali et entre ceux qui veulent faire du tri et de garder ce qui peut être encore valable le député Hamzaoui.

Un autre point semble important est que les députés doivent savoir dans quel État fonctionnent ? L’ Égypte est un pays pauvre ,les caisses de l’État sont vides et il faut engager des poursuites judiciaires pour la restitution des milliards d’euros chez l’ancien régime:Boutros Gali ancien ministre des finances est en fuite à Londres …il faut que l’ancien régime verse à l’État égyptien les milliards d’euros volés . La restitution de l’argent volé devrait être la devise dans tous les pays arabes ; les pouvoirs en places et leurs mafias ont appauvri les pauvres citoyens. D’un autre côté l’Égypte est un pays très grand ,dense,mais très disproportionné ;les 2/3 de son espace n’est pas exploité tout le désert de Sinaï est plein de mines(des millions )posées par les britanniques,pendant la seconde guerre mondiale et Israël depuis 1948 et par d’autres pays européens… ,pour déminer il faut de l’argent (pour l’achat des appareils …) et les britanniques comme les israéliens et les pays européens, n’avait pas fourni les plans des mines. Donc il faut une aide internationale ,car les égyptiens seuls ne peuvent rien .

Pire,le parlement égyptien travaille sur un texte de lois concernant les femmes démunies et il discutait sur une cotisation de 12 livres égyptien soit 1.5 euro par an et la commission qui s’est chargée de ce texte devrait savoir ,que pratiquement 4millions de femmes concernées(voire plus) n’ont même pas ce 1.5 euro à verser(comme cotisation) à l’État ,d’ailleurs le débat parlementaire l’a démontré,donc il fallait travailler sur 2 axes et d’abord sur le gratis et ensuite sur la production pour attirer les investisseurs …et créer de l ’emploi (alors l’emploi n’est pas une occupation mais c’est un travail avec ces droits et en premier lieu un salaire décent ,respectueux, un S.M.IC.(150 voire 200euro/mois et non les 10euros ou 70/mois),d’un autre côté les députés de la majorité ou de l’opposition sont conscients mais que peuvent faire ?! Donc ils légifèrent comme ils peuvent et les sommes d’argents sont très dérisoires 1euro ,10euro …ainsi nous comprenons mieux se qu’avait fait la dictature et que la dictature devrait-être bani à jamais et dans tous les pays arabes. Une autre preuve aussi que les gens veulent travailler ,sortir de cet engrenage de faux salaire et d’une croissance insuffisante et d’une économie qui ne décolle pas et d’une démographie galopante…il y a donc du travail et la récolte devrait être au rendez-vous. Dans ce cas de figure ,une aide internationale sous contrôle du parlement égyptien s’impose ,le temps de faire démarrer des chantiers importants ,mais l’aide n’est qu’un simple prêt à taux 0 ,pour que l’Égypte puisse trouver l’élan et de pouvoir rembourser à temps son prêt.

La présidentielle en Égypte est d’exécuter un programme politique ,valable qui certes n’est pas tout le remède mais mettrait l’Égypte sur une voie de remède,de redressement,…donc il faut laisser le parlement faire son travail en collaboration directe et loyal avec le gouvernement, justement choisi par le président de la république car quelque soit la constitution si le président n’est pas du même bord politique ,il est donc isolé et peut donc être manipulable et se tourner contre son pays et donc un dictateur arabe.

Comme chantait la Diva Oum Kalthoum :
cela veut dire , en France ou en Égypte ou ailleurs le travail politique est d’abord une conscience personnel dont le pouvoir n’appartient à personne ,si ce n’est à l’ensemble.RE13HGMT20

Advertisements